Peur du déconfinement?

Intro text

Peur du déconfinement?

Publié le 28/04/2020
Article rédigé par
Anne-Françoise Meulemans

Peur de la fin du confinement?

Le temps passe, les habitudes prennent racine dans ce fertile sol de printemps, et surgit aussi la crainte pour certains de voir la fin du confinement.

Le confinement signe la sécurité, le retour à une vie de famille inattendue avec ses moments simple, si goûteux,d'être ensemble et de faire des choses ensemble .

Oubliées les relations difficiles au travail, pas de voitures, peu de courses,peu de besoin.

Avoir le temps de cuisiner, de mettre de l’ordre dans sa maison comme dans sa tête, de s’essayer à des choses nouvelles.

Rien de magique, si ce n'est la magie du temps.

Confiner, c'est aussi se déconditionner. Le confinement a redessiné notre quotidien jusque dans les moindres  détails.

Se déconditionner, pour s'affranchir un peu plus, laisser de côté des convictions, des habitudes qui se sont desséchées pour franchir le cap névrosant d'un peu plus de liberté.

C'est tourner une page remplie de gribouillis ou les mots ne trouvent plus leur place pour affronter la page blanche d'un lendemain.

Traquer nos tics de langage , nos modes d'organisation de la pensée.

.Se déconditionner jusqu'à en accepter notre folie et pouvoir la monter à cru comme un cheval sauvage. 

La fin du confinement peut provoquer alors un stress, semblable au stress d’un fin de congé de maladie.

Le stress de la reprise, du retour des mauvaises habitudes, et le stress d'être contaminé.

On va devoir quitter ce confort, ce cocoon sécurisant, retrouver le stress du quotidien, comme avant.

Autant se préparer. Non à retourner dans l’arène, mais à se panser, et se penser dans une direction plus convenable et plus choisie.

Que nous apprend le confinement, de nous?

Quelle belle leçon en tirons-nous?

L’après confinement se prépare dès maintenant.

C'’est une manière de prendre soin de soi, ici maintenant.

Il faudra s'en souvenir, et s'en grandir.

Car peu d’illusion, la société reprendra sans doute son chemin comme avant,.

On ne peut espérer que de saluts individuels.