L'amour (pour soi) aux temps de la Covid

   

L'amour (pour soi) aux temps de la Covid

Publié le 22/11/2020
Article rédigé par
Sira Inchusta Carrillo

On dirait qu’on recommence à zéro. La situation s’aggrave à un rythme effréné dans tous les pays, et nous voyons que le peu de liberté que nous pensions avoir récupéré nous échappe des mains. Les choses sont difficiles pour tout le monde en ce moment. Nous ne savons pas quoi penser, qui croire, quoi faire. Nous revenons au télétravail, aux enfants sans école, aux cours en ligne, aux files d’attente éternelles dans les supermarchés. Nous revenons aux tutoriels sur Youtube, aux cinquante projets à faire pendant le confinement, aux cours de yoga, pilates, crossfits et salsa en ligne. Nous vivons à nouveau à travers un écran. Mille heures sur Facebook et Instagram. Tant d’autres sur Zoom. Nous travaillons, nous vivons, nous socialisons à travers cette micro-caméra devant nous. On se réveille en pensant qu’un nouveau jour arrive quand notre cerveau nous dit que nous vivons dans une sorte de Truman Show à grande échelle.

Ce nouveau confinement par étapes, la grande incertitude, les nouvelles mesures qui arrivent à l’improviste, quel parent indésirable au dîner de Noël. De longues mesures, des contradictions, de l’incertitude. Anxiété. Je ne sais pas si je peux te voir ou pas. Je ne sais pas si je peux ou pas voyager. Je ne sais pas quand je verrai les miens. Je ne sais pas s’ils ont annulé Noël. Anxiété. Je ne sais pas si je dois travailler à la maison ou y aller un jour par semaine. Je ne sais pas si les enfants ont des vacances jusqu’à mardi ou la semaine prochaine. Je ne sais pas si je peux sortir le chien à 8 h ou si je dois attendre à 22 h. Anxiété. Je ne sais pas si je peux acheter des couches au supermarché ou s’il reste du papier toilette. Je ne sais rien et je dois tout savoir. Anxiété. Je ne peux pas planifier les vacances et je ne sais pas si je pourrai rentrer à la maison pour Noël. Je peux enlever mon masque à 100 mètres, mais je dois le remettre. Je vais au parc, c’est ouvert ? Je ne me souviens plus de mon couvre-feu. Anxiété.

Mais si ce n’était pas le cas ? Oui, tout semble s’effondrer et la situation ne s’améliore pas. Mais si c’était une nouvelle occasion de repenser les choses et de se donner plus de temps ?

Nous le vivons dans le premier confinement : mille et une façons de prendre soin de soi-même. Comment faire du pilates et manger sainement. Mille et une recettes pour la vie à la maison dont tu as toujours rêvé. Et avouons-le tout de suite. Nous avons échoué. On n’a pas eu ce statut de Nirvana, promis par les médias sociaux, entre la recette et le résultat. Ils nous ont dit que nous devions être super productifs, montrer que le télétravail ne mettrait pas fin à l’économie, être athlétiques, manger sainement, profiter d’un bon après-midi sans rien faire, faire de la méditation à cinq heures du matin et ne pas oublier d’acheter le papier mâché pour le travail de notre fille. Le premier confinement a voulu nous forcer à créer cette super version de nous-mêmes où il n’y avait pas de place pour l’erreur! Si vous avez tout le temps du monde! Comment ne pas faire les 300 corvées que vous avez à faire normalement plus de nettoyage supplémentaire, maintenant que vous n’avez plus à être deux heures enterrés dans le trafic. Anxiété. Beaucoup d’anxiété. Et de fausses attentes.  

Mais, je vous le demande encore une fois, et si c’était une nouvelle occasion de repenser les choses et de se donner plus de temps ? Et si nous commencions la transformation en nous concentrant sur nous-mêmes ? Et si nous apprenions à nous aimer en ces temps de la Covid ?

De s’aimer soi-même. Le cliché sur fond rose et les paroles hollywoodiennes qui ont cité la méditation de cinq heures du matin, les cinquante tâches pour être parfait et les recettes sans saveur qui vous font regretter encore plus les croquettes de votre mère. Mais qu’est-ce que c’est vraiment de s’aimer soi-même ? Voici quelques petits pas pour commencer cette histoire d’amour qui ferait passer pour une idiote la meilleure des Megan Ryan :

Je m’aime quand je m’écoute.

Nous cherchons toujours le saint Graal de la satisfaction. Si le pilates marche pour elle, j’essaie aussi. S’il joue de la guitare, je m’en achète une. Si elle peut se passer de sucre et de glucides, moi aussi. Non. La recette du bien-être a un ingrédient secret très important que nous ne pouvons ignorer : VOUS. Vous êtes votre propre ingrédient secret. Écoute toi bien. Regarde comment tu es avant, pendant et après une activité. Dis-toi que tu étais à l’aise ? Tu as aimé ? Redis-le. S’aimer, c’est ouvrir les oreilles et écouter ce qu’on ressent quand on fait quelque chose. Pas d’analyse, pas d’interprétation. Juste observer et ressentir.

Je m’aime quand je souris.

En plus du nombre de muscles dont nous avons besoin pour créer une forme oblique sur nos lèvres, sourire nous apporte une quantité impressionnante d’endorphines qui permettent de se sentir mieux. Bien évidemment, il ne suffit pas de forcer le sourire et de faire semblant. En nous écoutant, nous pouvons voir quels sont les éléments qui nous font sourire. Qu’est-ce que vous aimez faire ? Qu’est-ce qui te fait te sentir bien et sourire ? On commence par là. Commence par chercher des choses qui te font sourire. Facile, n’est-ce pas ? Ce film qui réveille les papillons dans ton estomac. Cet appel avec une amie qui te fait tout oublier, covid inclus. Ces rires avec tes enfants qui se battent avec la pâte à modeler. Le jour où tu n’as pas regardé l’horloge et où tu n’as pas touché à ton emploi du temps... que faisais-tu ? Dormir dans les bras, faire l’amour, jouer et rire, cuisiner quelque chose de riche (et simple). Profitez de cette gorgée de café. Laissez-vous profiter de l’instant et vous verrez comment les muscles du visage font le reste.

Je m’aime quand je prends soin de moi.

Le verbe 'prendre soin' est étroitement lié à l’interaction; Quand on pense à 'prendre soin de', on pense toujours à l’autre. Prendre soin du bébé, de nos parents, du malade. Prendre soin de donner, nous sortent plus facilement comme des verbes transitifs. Mais, aussi belle qu’est la grammaire, existent aussi dans la langue de Cervantes et Lorca les verbes réfléchis. On va les utiliser. Prendre soin de soi, prendre du temps. S’aimer. Lui-même. Parce que, comme en avion, on nous apprend qu'il faut d'abord mettre notre propre masque avant d'aider notre enfant à enfiler le sien, dans la vie, nous devons apprendre à nous faire passer en premier. "L’âne devant pour qu’il ne panique pas" disent les Espagnols. Soyons l’âne. Prenons soin de nous. Que signifie 'prendre soin de soi' ? Ecouter ses besoins et y répondre. Manger quand on a faim et savoir s’arrêter quand on est rassasiés. Bouger sans se pousser dans le ravin de la douleur. "No pain, No gain" ? Non, merci. Il faut être doux et prendre le temps de faire les choses.

Je m’aime quand je me fais plaisir

On parle de s’écouter, de sourire, de prendre soin de soi. Parlons maintenant du plaisir. Du fait de se traiter avec douceur et affection. De se donner de temps en temps ce caprice qui nous fait nous sentir bien. De se traiter comme les autres nous traitent. C’est se faire belle, c’est prendre une douche relaxante (Attention, c’est froid ou chaud ?). C’est du maquillage, si ça te plaît. C’est porter ce t-shirt qui te va bien. C’est te regarder dans le miroir et te faire un compliment. Et le croire aussi. Se faire plaisir, c’est se border quand il fait froid. Se faire plaisir, c’est s’écouter et répondre avec amour. Se faire plaisir, se bichonner. Se bichonner, c’est prendre soin de soi-même. Se bichonner nous aide à nous sentir mieux.

Je m’aime quand j’avance.

Mais l’amour n’est pas seulement le fait de répondre aux besoins de base, tels que le confort. L’amour, c'est aussi aller de l’avant. C’est se fixer des objectifs, réalistes et intéressants. L’amour, c’est se motiver pour avancer, pour s’améliorer, pour atteindre un but. À notre époque, pas de précipitation, mais pas de pause. Nous écoutons et nous fêtons chaque petite victoire. Il s’agit de se donner des chances et de ne pas perdre dans les défaites. C’est comprendre que nous ne serons pas parfaits, parce que la perfection n’existe pas. Mais nous nous battons, petit à petit, et avançons à notre rythme vers l’endroit que nous voulons. Avancer c’est faire plusieurs pas, profiter du chemin, célébrer les étapes et aller de l’avant. Avancer c’est ne pas être exigeant avec soi-même, mais juste. C’est croire en soi et se donner le temps de le prouver. Soyons les juges les plus justes avec nous-mêmes.

En conclusion, en cette nouvelle saison de la série que nous ne voulions pas commencer, nous avons l’occasion de changer de cap et de nous concentrer sur nous-mêmes. Nous aimer et prendre soin de nous. C’est le moment d’apprendre à nous écouter, à nous respecter, à aller de l’avant. Et quand on ne peut pas tout seul, c'est demander de l’aide. C’est savoir que si nous avons besoin d’une oreille amie ou d’un visage connu, nous pouvons contacter cette personne que nous aimons.

Mais c’est aussi chercher de l’aide auprès des professionnels pour pouvoir aller de l’avant. Parfois, nous avons besoin de regarder en arrière pour aller de l’avant. Parfois, nous avons besoin d’esquisser l'avenir que nous voulons. Parfois, nous devons nous autoriser à appeler quelqu’un pour pouvoir comprendre, en marchant à deux, comment suivre le sentier du bien-être.