La timidité: une malédiction ou un merveilleux talent ?

Intro text

La timidité: une malédiction ou un merveilleux talent ?

Article rédigé par
Anne-Françoise Meulemans
Il organise sa vie, afin d’éviter les représailles , tellement destructrices : le rejet social ,les restos, les cafés, même les magasins lui sont interdits , …bref plus aucun espace public ne lui est autorisé.
Cette foutue timidité a eu raison de lui. Toutes ses bonnes intentions mille fois reformulées n’ont rien pu y faire. Il se sent marqué au fer rouge.

C’est l’histoire de Didier, banni parmi les bannis, anonymes, mais si reconnaissables, que nul besoin d’étoile ou de crécelles. La timidité ,ça se voit, ça s’entend ,ça sent .
Trait de caractère ? ‘Ah, moi, je suis timide, c’est comme ça !.
La timidité, n’est ni un trait de caractère, ni un signe de personnalité, et encore moins une fatalité.
La timidité, n’est pas une définition , plutôt une description, derrière laquelle se cache autant d’histoires.
La timidité est aussi définissant qu’un lumbago, l’est pour un mal de dos. Avec dans les deux cas, le risque d’enfermer dans un pseudo diagnostic obscur, et non secourant.
‘ Je suis timide, mais je me soigne’ : Est-ce une maladie, dont il faut se guérir ? C’est certes une plaie pour ceux qui en souffrent… mais une maladie ?
Les qualités du timide ne sont pas à l’ordre du jour : l’humilité, le doute, le questionnement, l’attention à l’autre, la sensibilité… peut-être que les proportions n’ont pas été respectées dans la recette, mais ils restent néanmoins d’excellents ingrédients !
La timidité n’est pas qu’heureuse , mais prenons la par ses atouts.
La timidité, est une croyance qui se nourrit d’elle-même à la manière du serpent qui se mange la queue. On n’y croit plus, elle disparait. Quel timide n’a pas expérimenté la rencontre avec une personne bienveillante, confiante ‘oubliant’ la timidité de l’autre. Et la magie opère, cette barrière de corail hostile se fond en un petit tas de sable.
La timidité est une manière de passer à côté de soi, en prenant le détour du regard des autres.

Que faire pour s’affranchir ? Une thérapie ? Surement de type actif avec des ‘exercices à la clef, de l’expression théâtrale, des groupes de parole, d’échange, afin de pouvoir partager ces solitudes. Mille trucs et astuces, pourquoi pas ludiques peuvent être mis en œuvre pour mettre à plat les barreaux de cette prison invisible.

Je suis timide, et j’ose quand même ! Je suis timide ? La belle affaire !