CentrEmergences
CentrEmergences
Les approches thérapeutiques
En un seul et même lieu, une multitude de techniques vous sont proposées :
Papillon du mois
Nous sommes tous des entendeurs de voix
Certains plus que d'autres. De bonnes ou de mauvaises voix Certaines déplaisantes,menaçantes, Certaines bienveillantes aux accents maternels ou paternels D'autres se sont tues, écrasées,étouffées laissant place au silence glacial. De la schizophrénie à l'absence de voix et de discours intérieur, Les voix prennent autant d'accents, Il nous reste à positionner le curseur sur la longueur d'onde qui nous fera danser.
Anne-Françoise Meulemans
Lire la suite >

Journée PO Professionnels LLN Violences entre partenaire, un nécessaire dépistage

par Liliane Leroy
Cicatrices souvent invisibles, les violences relationnelles s’invitent dans la consultation médicale, psychologique, sociale ou paramédicale. En effet, les violences engendrent des troubles de la santé
physique et mentale et ce bien sûr pour la victime, mais aussi pour les enfants éventuels et les auteurs.

Les conséquences sur la santé sont graves :
• On retrouve cinq fois plus de problèmes d’addiction (médicaments, alcool, drogues douces ou dures).
• Chez les victimes de violences. Des comportements plus autodestructeurs comme l’automutilation sont
parfois à l’œuvre. A l’extrême, les violences peuvent mener au suicide.
• Certaines pathologies chroniques peuvent également être perçues comme consécutives des violences :
une fatigue chronique et des douleurs chroniques, des troubles gastro-intestinaux et des troubles
génito- urinaires très fréquents, des troubles cardio-vasculaires et/ou neurologiques, des troubles
endocriniens, des troubles de l'immunité, des troubles ORL, des troubles dentaires ou encore
dermatologiques, des troubles allergiques…
• Dépression, perte d’estime de soi, état de stress post-traumatique…

La liste est longue et les pathologies sont peu spécifiques. Cependant, identifier les violences comme étant la cause des troubles physiques ou psychiques permet d’épargner bien des fausses routes diagnostiques et thérapeutiques et les victimes sont souvent soulagées d’être reconnues comme tel. Au contraire, l’ignorer peut donner lieu à un phénomène de victimisation secondaire.

Les prestataires de soins sont, sans conteste, des acteurs de première ligne privilégiés pour un dépistage et une aide concrète lors de situations de violences conjugales. Un questionnement systématique dès la première anamnèse des troubles dont se plaignent des personnes, qu’elles soient victimes, auteur, enfant est nécessaire.

Adresse

1348 LLN
Rue Neufmoustier, 6
Salle moyenne 16h00

Prix

Gratuit
Inscription oblligatoire:
l.leroy@centremergences.be

Occurrence

AGENDA